L’illustrateur montréalais multiplie les contrats et parvient à façonner des mondes chatoyants pour des clients aussi variés que Roots, Fizz, Cacao 70, Tangente Danse ou encore Le Devoir.

Thaïla Khampo dessine depuis l’enfance et a suivi des études en arts visuels. Pourtant, c’est d’abord en tant que designer graphique que le créateur sévit. «Mais après 6,7 ans, je trouvais que je faisais du surplace et je n’avais plus de passion pour le métier, rapporte-t-il. J’avais un peu ce que l’on appelle le syndrome de l’imposteur! Je me suis dit qu’il est temps de faire quelque chose que j’aime et qui me donne une raison d’être.»

L’artiste précise que quelques sacrifices ont dû être faits lorsqu’il a opté pour l’illustration à temps plein, mais que ce changement de cap en a valu la peine. «Ça a pris du temps pour que ça prenne forme, mais c’était le bon choix à faire. Et maintenant les choses se déroulent assez bien.» Prolifique, Thaïla Khampo jongle désormais entre des commandes et des séries personnelles.

Souvent en mouvement, les personnages qu’il conçoit sont joueurs, amicaux, parfois minimalistes, voire un brin surréalistes, tout en réussissant à frapper l’imaginaire d’un large public. De plus, difficile de ne pas adhérer à la composition satisfaisante de ses dessins! Une compétence sans doute rapportée de sa pratique en design.

Sa démarche artistique se veut également exploratoire et affiche une versatilité assumée: son style et sa palette varient selon le rôle que remplit une œuvre. «J’aime l’idée que le style évolue, mais que l’essence du propos reste la même. Pour ce qui est de la forme, j’ai un penchant pour des lignes claires et épurées, admet l’illustrateur. Je travaille souvent les images en fonctions des demandes et j’explore à partir de là.»

📌 Suivez l’artiste sur Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *